Au-delà du fait que nous les artistes représentons des choses sans avoir conscience de toutes les dimensions auxquelles elles peuvent se référer, j'ai bien souvent été épatée par ces synchronicités, ces  liens invisibles et inconscients qui nous font cheminer.

 

Dans mes premières recherches, à la fin des années 1980, j'ai exploré le cercle, forme de base de toute vie. Je voulais à l'époque traduire une impression physique, un malaise que je ressentais par moments. C'était comme une mémoire de pulsation, une mémoire cellulaire. J'ai alors fait un premier dessin à l'encre.

 

Je considère ce dessin comme ma première véritable œuvre digne de ce nom. Il a été suivi de recherches empiriques autour du cercle, de la cellule à l'œuf, puis d'autres encore sur l'idée d'univers en expansion, de l'infiniment petit à l'infiniment grand. 

 

Je me suis naturellement intéressée par la suite aux cosmogonies des sociétés et cultures pour lesquelles cet archétype est central, et de fait aux travaux de Karl Gustav Jung.

Copyright © Claire Richez - Tous droits réservés

  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale
  • Pinterest